Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Pirates et captives – 8Tournée générale! Les Françaises savent qu’elles n’ont pas le choix : il faut obéir. Elles se mettent toutes les trois dans la même position, mains sur la nuque et cambrées… “Tournez”, dit Souad. On voit trois fois la lune : une pleine lune et deux lunes… minces, aux hanches étroites… “À genoux!” Elles obéissent immédiatement… Souad appelle le Noir costaud — son nom est Thioro — pour lui annoncer : “Tu vas t’occuper d’elles. S’il faut les punir, que ça ne laisse pas de marques sur le corps.” Elle réfléchit… “Frappe sur la plante des pieds… ou utilise des piments de Cayenne!” Grand sourire du Noir. Elle s’adresse aux trois Françaises, “Ce nègre est à présent votre maître. C’est comme aux Antilles, sauf que c’est exactement l’inverse. Vous avez compris?” Elles répondent un petit “Oui.” On dit “Oui, Maîtresse, “Oui, Maîtresse.” Les servantes et Thioro, le nouveau seigneur et maître des Françaises, nous préparent en fin d’après-midi. D’abord, on se lave soigneusement avec de l’eau du puits. Les servantes prennent un air dégoûté devant notre pilosité. “On dirait des chèvres” dit l’une d’elles. Il faut reconnaître que la mère et même les deux jumelles ont des toisons abondantes! Le pubis de la mère est couvert de poils qui débordent sur les cuisses et même vers le nombril. Bon, ce sont des aristocrates, pas des catins! Une des servantes fait chauffer de la cire. Quand c’est prêt, elles commencent par moi. Je dois me coucher sur le dos, les jambes écartées, et elles versent la cire chaude sur mon sexe. Je pousse un petit cri et puis un cri strident quand la cire a refroidi et qu’elles l’arrachent d’un coup sec! Ensuite, elle verse un peu de cire entre mes fesses, là ça fait moins mal. Elles terminent avec une sorte de mousse et un rasoir. Ce n’est pas le fouet, bien sûr, mais ça fait mal… et en même temps, me faire tripoter de cette façon, ça m’excite involontairement. Elles s’en aperçoivent, bien sûr, et s’amusent de me voir aussi émue. Une des filles me pince le clitoris. Ouch! Je me tortille en gémissant… Thioro dit “Elle a le feu au cul, la Princesse!!” Ensuite on passe aux aisselles, heureusement! Je veux dire, c’est gênant d’être aussi excitée! Elles m’épilent les jambes et les bras. Deux fins poils blonds sur l’aréole du sein gauche ne leur échappent pas! Elles les enlèvent avec une pince à épiler. On passe à la mère. Elle a une chatte vraiment touffue!! Les filles lui mettent beaucoup de cire et quand elle est refroidie, elles tirent à deux d’un coup sec!! La “patiente” pousse un tel cri qu’une de ses filles s’enfuit! C’est vraiment stupide de faire ça. Sans se presser, Thioro bahis firmaları va chercher un chien dans un grand enclos. Il lui dit “Att****, Perro!” Je connais cette race. C’est un lévrier irlandais, comme moi. Je veux dire, Irlandais comme moi. On en avait au château. Ce sont des grands animaux très costauds. La fille a eu une crise de panique. Elle ne pouvait espérer s’enfuir. Pour aller où d’ailleurs? En quelques bonds, le chien l’a rejointe. Il se met devant ses jambes, elle trébuche et tombe sur un genou. Le chien aboie juste une fois, ça suffit. Elle revient, le chien derrière elle. Je fais bêtement remarquer: “Elle a paniqué.” Une des servantes me répond “De quoi tu te mêles?” “Pardon, Maîtresse.” C’est vrai de quoi je me mêle??? La fille revient terrorisée. Elle se trouve entre un chien de 50 kg et des filles qui arrachent les toisons. “On enlève ses poils et puis on lui fait goûter au piment !” dit Thioro à une des filles. “Bien, Maître.” Elle verse de la cire et arrache les poils. Elle crie, mais bon, ça n’a rien d’insupportable. C’est maintenant qu’elle va regretter sa fuite! La fille va chercher une sauce épaisse et rouge à base de piment. Sa mère et sa sœur regardent la scène, impuissantes. Thioro prend la fille et la couche sur le dos, sur la table. Elle pousse des cris, supplie… Il lui relève les jambes, exposant complètement son sexe nu. La servante met de la sauce rouge sur son doigt, puis l’enfonce complètement dans l’anus de la fille. Ensuite, elle enfonce son doigt dans son vagin, puis le fait aller et venir en tournant. Un peu comme ferait le sexe d’un homme, sauf que ça ne va pas être les mêmes sensations! D’abord, il ne se passe rien, à part que la fille gémit… Et puis ça commence à chauffer et à brûler, de plus en plus fort! La fille crie “Oh mon Dieu, ça brûle!!” On la remet sur ses pieds, Thioro lui annonce: “La prochaine fois, c’est le fouet!!” La fille se tortille en criant de plus en plus fort! Thioro lui montre le plat de sauce en la menaçant: “Tu te tais ou je te fais manger ce qui reste.” Ça marche! Elle se contente de tortiller son cul en silence! Quelle idée de s’enfuir… et quelle idée de m’en mêler! Une des servantes dit à Thioro: “La Princesse a fait une réflexion qui ne m’a pas plu, tout à l’heure.” “C’est vrai?” me demande-t-il. “Pardon Maître, j’ai parlé sans réfléchir.” Après m’être mise à genoux devant lui, j’enlace ses jambes, la joue sur la bosse que fait son sexe dans ses chausses. Mais soumission ne suffit même pas! Il enfonce son doigt dans la sauce rouge et me le tend. Je le suce. Bien fais Mina, t’as qu’à pas être si conne!! Il n’a heureusement trempé que le kaçak iddaa bout de son index dans la sauce, je n’ai qu’un petit brasier dans la bouche. Je souffre en silence, essayant de saliver le plus possible et d’avaler cette horrible mixture. Mes grimaces les font rire. “Tu as compris la leçon?” me demande Thioro. “Oh Oui, Maître!” Maintenant, on ressemble à des gamines pré-pubères. Enfin, à cet endroit-là. Le piment, le fouet, le chien… tout cela est suffisamment dissuasif pour qu’il n’y ait plus d’incidents! Ensuite on est lavées, coiffées… On a même droit à un peu de parfum. On s’habille, enfin, on ne met pas de vêtements, mais des sous-vêtements, des chemises toutes fines et transparentes… C’est joli mais très indécent. Les filles qui s’occupent de nous se préparent aussi. Elles portent des tenues plus longues, quoique tout aussi transparentes. En début de soirée, on va allumer les torches pour éclairer l’extérieur de la taverne. Les clients arrivent. Ils sont accueillis par Souad. Un groupe d’hommes arrive. Elle leur fait presque une révérence et les installe à la meilleure table. Ils sont le centre d’attention… Il y a homme grand et barbu. Il a le teint mat, mais des yeux bleu clair. Il a aussi une large cicatrice, qui part de la tempe et se termine sur le cou. Malgré ça, il a l’air charmant… Non, je plaisante, il fait peur!! J’entends qu’on l’appelle capitaine Espada, sans doute à cause de sa cicatrice (un coup d’épée?). Il est avec des membres de son équipage, presque aussi impressionnants que lui. Ils ont une dizaine de captives avec eux. Ça ne passe pas inaperçu! Manifestement dans ses petits souliers, Souad s’adresse au Capitaine: “Puis-je vous présenter les nouvelles filles?” “D’abord, il faut du vin… du bon… et pour tout le monde. J’offre une tournée générale.” Son équipage et les autres clients font “Hourra! Pour le capitaine…” Souad fait signe aux servantes. Elles vont chercher de grands pichets de vin et des gobelets. Le capitaine se lève et désigne les captives tremblantes: “Ces filles font aussi partie de la tournée générale.” Les clients remettent ça: “Merci! Hourra! Vive le Capitaine!” Il sait se rendre populaire, le capitaine: du vin, des filles, tout cela gratuit!! “Panem et circenses”, du pain et des jeux, comme disaient les Romains. Sauf qu’ici, c’est “vino et puellae”, du vin et des filles, ce qui est encore mieux. Il se tourne vers Souad: “Alors, tu as de nouvelles putains intéressantes? Il paraît que tu ne te sens plus pisser!” Pas plus à l’aise qu’avant, elle vante sa marchandise “Une authentique Princesse Irlandaise…” Le capitaine la coupe “Il n’y a pas de Princes en kaçak bahis Irlande.” Tête de Souad!! Elle se tourne vers moi avec l’air gentil de la mangouste qui s’apprête à sauter sur un cobra replet, son menu préféré… Elle me jette “Explique.” Je vais me mettre à genoux (ils tremblent) devant lui pour raconter mon histoire: “Mon père est le seigneur de T, Maître. Les pirates ont attaqué le château et…” Il me coupe: “J’ai entendu parler de ça. Avaient-ils une complice dans le château?” “Oui, Maître.” Il se tourne vers Souad “Quoi d’autre?” Elle fait signe aux trois Françaises qui viennent vite se mettre à genoux. Elle commence son baratin: “La mère et ses deux filles, sœurs jumelles, sont des aristocrates Françaises, qui revenaient des Antilles où leur famille a…” Il s’adresse à la mère “Ton nom?” “Comtesse de Y, Maître.” Ça a l’air de lui convenir. Comme si on allait essayer de le truander!! Ensuite il s’adresse à une des filles, celle qui a eu du piment dans le cul. Elle a les yeux rouges d’avoir pleuré et le… trou du cul sûrement tout aussi rougeoyant. “C’est toi qui as essayé de t’enfuir?” demande-t-il.”Oui, Maître.” Ah putain! Il est au courant de tout!! Il interroge Souad “Combien pour tes filles?” “Les filles de la maison sont à cinq sols, les aristocrates françaises à 10 sols. La princesse est encore pucelle, mais on peut disposer de sa bouche pour 15 sols.” Il lui répond “Je veux le lot complet, toi y compris.” Là, elle a l’air… mal prise en répondant: “C’est un très grand honneur… mais je… je ne fais plus ça. Je suis presque associée et…” “Ta taverne, c’est pas un bordel?” “Si, mais….” “T’es pas une esclave qui a été vendue et qui est devenue putain?” “Si, mais…” “Et tu vas me dire que tu n’es pas à vendre?” Silence dans l’établissement, alors qu’il y a une trentaine de pirates, des filles, du vin, du tabac et des filles pour les pipes!!! Le capitaine reprend: “Je pourrais t’acheter à ton maître… mais je pense que ce serait inutile, car tu es restée une putain. On va voir ça tout de suite! Alors, je veux toutes les filles, y compris le pucelage de la Princesse et ça pour trois jours.” Il sort une bourse et l’ouvre. À l’intérieur, on voit briller des doublons d’or. Là, les yeux de Souad se mettent à briller autant que ces pièces! Ah là, là! La cupidité mène le monde! Surtout dans mon nouvel univers de pirates et de putains. Souad ne vaut pas mieux que nous… “Alors?” redemande le Capitaine, “Tu es toujours une putain?” Elle lui fait un grand sourire “Oui, Maître.” Sur ce, elle fait disparaître la bourse avec la rapidité d’un caméléon gobant un gros coléoptère qui fait la sieste! Le capitaine lui dit: “Je veux d’abord voir les Françaises se faire des câlins.” Les hommes approuvent! À suivre. J’écris, des livres, si, si. Faites moi une petite visite ici et vous verrez. http://www.leslivresdemia.blogspot.com

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32